Skip to main content
Depuis maintenant plusieurs jours le Liban est pilonné par l'armée israélienne, rappelant ainsi les plus tristes heures de la Nation du cèdre, dans les années 1980. En réponse à l'enlèvement de certains des soldats de Tsahal par les milices armées libanaises du Hezbollah, Israël décida d'attaquer le mouvement combattant avec des forces que la communauté internationale qualifia sans se tromper de "disproportionnées".
En effet, en échange de la sécurité de quelques soldats qui étaient forts conscients des risques de leur métier, surtout dans cette zone des plus périlleuses, ce sont des centaines de femmes et d'enfants innocents qui ont été sauvagement massacrés, que ce soit sous les bombes de l'aviation ou les obus de la marine. Au final, contre la mise hors d'état de nuire d'une poignée ennemis de la Nation de David, ce sont des milliers d'habitants du sud du Liban martyrisés, privés d'électricité, d'eau, plongés dans la terreur de sombres souvenirs de guerres passées, poussés à l'exode, blessés, mutilés ou tués. En réponse à cette tentative d'éradication du Hezbollah, l'organisation libanaise n'a pas hésité à riposter à l'aide de son armement lourd gracieusement fourni par leurs alliés syriens et iraniens, riposte qui comme trop souvent a un peu touché les forces de l'envahisseur et beaucoup là encore des dizaines de civils israéliens, jetant ainsi de l'huile sur un feu qui ne demande qu'à embraser toute la région.
Face à ce drame, nous, citoyens français, frères du peuple martyr libanais, devons à tout prix faire pression sur notre gouvernement pour qu'enfin, comme l'a demandé le gouvernement du Liban, soit envoyé une vaste force d'interposition dans la région, réinstaurant la souveraineté du pays et stabilisant la région. Les milices armées libanaises doivent êtres désarmées et l'armée de Tsahal doit être mise hors d'état de nuire dans la région, car comme on a pu le voir trop souvent, on ne peut assurer sa sécurité en faisant couler le sang d'innocents, car définitivement le sang appellera toujours le sang...

Comments

Popular posts from this blog

Le trône de cendre : Extrait n°1
EXTRAIT

Pénitencier fédéral ADX, Florence, Colorado, 7 heures GMT, 2 heures (heure locale). L’obscurité est d’ordinaire le don des aveugles aux voyants pour trouver le sommeil. Lorsque l’ombre perdure par-delà le rêve vient l’heure du cauchemar éveillé, synonyme d’une inéluctable folie… Sèchement, un court son de grincement éclate, suivi d’un faisceau de lumière éclairant un œil féminin. « Princesse, promenade ! » ordonne une voix masculine, sur ton à la fois ferme et moqueur. « Une sortie à une heure si tardive ? Cette fois, c’est fini pour moi. C’est peut-être mieux ainsi... » Une porte s’ouvre alors et l’on aperçoit une étroite cellule, à l’intérieur de laquelle se tient un corps féminin en tunique orange, aux manches courtes, assis sur un lit de fortune. La prisonnière sort ensuite à la lumière du jour du couloir, entravée par de lourdes menottes. Et l’on découvre une mince jeune femme brune, à la coupe garçonne et au teint livide. Celui-ci est seu…
MERCI

Le trône de cendre : Extrait n°4

Hôtel Matignon, Paris, France, 6 heures GMT, 7 heures (heure locale). Sous les ors de la République, devant un mur de fines boiseries soutenant une fenêtre aux voilages blancs, rehaussés par de monumentaux rideaux rouges, un écran est allumé. Sur celui-ci, des images de flammes et de forces de l’ordre casquées, les boucliers en avant, le vent dispersant les fumées de lacrymogènes. Y apparaissent ensuite des personnages le visage masqué par des moyens de fortune, lançant des pierres sur les gardes mobiles et brisant des vitrines dans l’anarchie ambiante.  « Une nouvelle nuit d’émeute vient de frapper la France. Partie de Rennes après la mort d’un étudiant lors d’une manifestation, la vague de contestation a désormais gagné les villes de Marseille, Lille, Strasbourg et Lyon. Les autorités ont répertorié une cinquantaine de véhicules incendiés, pour des dégâts estimés dans leur ensemble à plus de vingt millions d’euros. Le ministère de l’Intérieur craint une contagion des troubles à P…