Skip to main content
Ce matin du 30 décembre 2006 a vu la mise à mort par pendaison du sanguinaire dictateur irakien, Saddam Hussein

Une question s’impose : se comporter en barbare avec un barbare est-il un acte d'immaculée justice?

Je ne le crois pas. Ce n'est que commettre une pire barbarie, car laver le sang dans le sang au nom de la Justice ne revient qu'à salir son nom et par là même l'honneur de toute notre race humaine. Exhiber dans les médias du monde les derniers instants d'un condamné, aussi abject et monstrueux soit-il, dans l'unique but d'apaiser la soif de vengeance de peuples toujours plus avides de violence reste inacceptable au regard de la notion de civilisation et de toutes les valeurs fondamentales de l'humanité qui nous séparent un tant soit peu de la sauvagerie.

Le sang appelle le sang, et chaque goutte versée sur le sol d'Irak, peu importe qu'elle appartienne au pire des tyrans ou au plus innocent des enfants en appellera des flots qui tôt ou tard finiront par tous nous éclabousser.

Comments

Popular posts from this blog

Le trône de cendre : Extrait n°1
EXTRAIT

Pénitencier fédéral ADX, Florence, Colorado, 7 heures GMT, 2 heures (heure locale). L’obscurité est d’ordinaire le don des aveugles aux voyants pour trouver le sommeil. Lorsque l’ombre perdure par-delà le rêve vient l’heure du cauchemar éveillé, synonyme d’une inéluctable folie… Sèchement, un court son de grincement éclate, suivi d’un faisceau de lumière éclairant un œil féminin. « Princesse, promenade ! » ordonne une voix masculine, sur ton à la fois ferme et moqueur. « Une sortie à une heure si tardive ? Cette fois, c’est fini pour moi. C’est peut-être mieux ainsi... » Une porte s’ouvre alors et l’on aperçoit une étroite cellule, à l’intérieur de laquelle se tient un corps féminin en tunique orange, aux manches courtes, assis sur un lit de fortune. La prisonnière sort ensuite à la lumière du jour du couloir, entravée par de lourdes menottes. Et l’on découvre une mince jeune femme brune, à la coupe garçonne et au teint livide. Celui-ci est seu…
MERCI

Le trône de cendre : Extrait n°4

Hôtel Matignon, Paris, France, 6 heures GMT, 7 heures (heure locale). Sous les ors de la République, devant un mur de fines boiseries soutenant une fenêtre aux voilages blancs, rehaussés par de monumentaux rideaux rouges, un écran est allumé. Sur celui-ci, des images de flammes et de forces de l’ordre casquées, les boucliers en avant, le vent dispersant les fumées de lacrymogènes. Y apparaissent ensuite des personnages le visage masqué par des moyens de fortune, lançant des pierres sur les gardes mobiles et brisant des vitrines dans l’anarchie ambiante.  « Une nouvelle nuit d’émeute vient de frapper la France. Partie de Rennes après la mort d’un étudiant lors d’une manifestation, la vague de contestation a désormais gagné les villes de Marseille, Lille, Strasbourg et Lyon. Les autorités ont répertorié une cinquantaine de véhicules incendiés, pour des dégâts estimés dans leur ensemble à plus de vingt millions d’euros. Le ministère de l’Intérieur craint une contagion des troubles à P…